Le mois précédent, nous avons commencé une série d’articles destinés à vous présenter les nombreux avantages dont vous pouvez tirer avec l’installation d’une toiture végétale.

Le billet de la dernière fois était consacré à l’isolation thermique des toitures végétalisées.

En substance, nous vous affirmions que les toitures végétales sont d’excellents isolants thermiques, capables de réduire la température interne d’un bâtiment par leur seule présence : en effet, la couche végétalisée stoppe les rayons solaires et évacue la chaleur emmagasinée toute la journée grâce à l’évapotranspiration des plantes.

Nous vous disions également que les toits verts, s’ils sont assez nombreux dans un périmètre donné, peuvent lutter efficacement contre les ilots de chaleur urbains et produire de véritables oasis de fraîcheur.

Ce mois-ci, nous souhaitions vous présenter un des autres avantages dont vous pouvez bénéficier avec la pose d’un toit végétal : l’insonorisation !

Bien que ce service soit rarement mis en avant par les constructeurs, certaines études permettent clairement d’observer une réduction phonique grâce à la pose d’une toiture végétale.

Dans quelles conditions toutefois ? Et quelle est l’efficacité réelle de cette réduction acoustique ?

Voyons cela ensemble avec les quelques données dont nous disposons.

Insonorisez votre bâtiment grâce aux toitures végétales

 Si votre résidence principale ou si les locaux de votre bureau se trouvent en zone urbaine, il y a fort à parier que vous soyez exposé à la pollution sonore, dans une mesure plus ou importante selon le degré d’activité à proximité.

Dans ces conditions, la réduction du bruit ambiant devient un enjeu de santé et de bien-être, puisque les nuisances sonores entraînent :

  • Un danger potentiel pour l’audition.
  • Des acouphènes temporaires en cas d’exposition prolongée au bruit.
  • D’importantes répercussions sur la qualité du sommeil, ce qui entraîne une fatigue chronique.
  • Être facteur de stress et d’irritabilité.

Différents aménagements existent pour lutter contre la pollution sonore, comme le choix de certains matériaux ou de revêtements de sol lors de la construction de bâtiments.

Mais parmi l’éventail des solutions proposées, rares sont celles relatives à la pose d’une toiture végétalisée.

Or, comme nous l’écrivions précédemment, les toitures végétales contribuent elles aussi à réduire efficacement les nuisances sonores !

Petit aparté quant aux notions de fréquence du son et de décibels (dB) avant de vous présenter quelques études sur la réduction du bruit grâce aux toitures végétales :

  • L’unité de fréquence du son est le hertz (que l’on note Hz). Normalement, un humain en bonne santé peut percevoir des sons compris entre 20 Hz (basses fréquences) et 20.000 Hz (hautes fréquences).
  • L’unité d’intensité du son est le décibel (dB). Il faut savoir que l’échelle des décibels est logarithmique, c’est-à-dire que 3 décibels supplémentaires correspondent au doublement de l’énergie sonore, 10 décibels à sa multiplication par dix.
  • Un bruit basse fréquence peut recouvrir plusieurs origines, comme le tonnerre, le roulement des transports ferroviaires, certains équipements comme les ascenseurs ;
  • Les bruits moyenne fréquence sont relatifs à ceux de la vie quotidienne.
  • Enfin, les bruits haute fréquence correspondent aux sons aigus.

Ceci étant précisé, passons aux expérimentations sonores proprement dites.

Une étude datant de 2008, conduite par Connelly et Hogdson, a mis en évidence qu’une toiture végétalisée avec un substrat de 15 cm et planté de Sedum (l’un des procédés que nous utilisons) permet de réduire de 5 à 13 décibels les basses et moyennes fréquences ; quant aux hautes fréquences, elles pouvaient être réduites de 6 décibels.

Une autre étude, celle-ci datant de 2014 et conduite par VanRenterghem et Botteldooren, a permis de mesurer une réduction de 10 dB pour un toit végétal avec un substrat de 7 cm.

Comme vous pouvez le constater avec nos précisions préalables, cela est loin d’être négligeable., surtout lorsque l’on sait que l’OMS considère qu’un seul de 30 dB est sans effet néfaste sur le sommeil.

Une dernière étude datant de 2015, menée par Connelly et Hodgson, avait pour objectif de déterminer d’éventuelles variations sur la réduction sonore en fonction de la profondeur, de la typologie de substrats et de la variété de plantes.

Il a ainsi été démontré que plus le substrat est profond et contient de matière organique, plus la toiture végétale est capable d’absorber le bruit ambiant. En revanche, la variation des typologies de plantes n’a pas permis d’observer de changement significatif.

Dernier point, et non des moindres : la pose d’une toiture végétalisée permet de réduire le bruit des intempéries (pluie notamment) et étouffe les sons qui viennent de l’intérieur vers l’extérieur ; en la matière, les applications pratiques sont nombreuses. Chez MonToitVert, certains clients nous ont par exemple sollicités afin de réduire les nuisances sonores de leur chenil, et avons régulièrement de nombreuses demandes pour des bâtiments situés en périphérie d’aéroports.

Quoi qu’il en soit, il est maintenant clair que les toitures végétales peuvent elles aussi contribuer efficacement à la réduction des nuisances sonores.

Vous souhaitez poser une toiture végétalisée ? Contactez-nous, notre équipe sera ravie de vous conseiller.